Comment l'échec a sauvé une entreprise

Par Nora Rezaik

28 Septembre 2015

Seulement un an après sa création, l'Impact Hub de Berlin, alors en périlleuse situation, était à un email de la fermeture. Mais l'échec n'est définitif que si vous n'en tirez pas les leçons, explique Nele Kapretz, le PDG.

Les erreurs sont le moteur du succès

HUB

Pour trouver un espace, il faut un investissement. Pour trouver un investissement, il faut un espace. Tel était le dilemme dans lequel se débattait Impact Hub Berlin alors que le projet avait tout juste un an, et qui a failli entraîner sa fermeture. Avance rapide jusqu'en 2015, où l'on découvre une plate-forme florissante, surchargée de demandes et qui reçoit les éloges de la chancelière allemande pour son succès comme nouveau modèle d'entreprise : qu'ont-ils donc fait pour retourner la situation ?

Tout d'abord, ils ont refusé d'abandonner. Ne sous-estimez pas la persévérance : pour avoir une idée de sa puissance, il suffit d'allumer un interrupteur. Avant de parvenir à l'ampoule que nous connaissons aujourd'hui, création qui a changé la face du monde, Thomas Edison a dû essayer un millier de versions. Échouez autant que vous voulez, mais n'abandonnez jamais : vous ne perdez vraiment que si vous vous résignez à l'idée que vous ne pourrez pas atteindre vos objectifs.

The Impact Hub community Demander de l'aide à sa fidèle communauté a permis à la plate-forme de survivre à l'une de ses périodes les plus délicates.

L'étape suivante a été de regarder en face comment ils en étaient arrivés là et d'accepter la responsabilité de leurs erreurs. L'équipe de Berlin a dû accepter qu'elle avait échoué, afin de mettre en place son propre modèle. « Nous enseignons toujours qu'il faut réaliser des prototypes, et à l'époque nous n'en faisions même pas. » explique Nele. Vous ne pouvez pas avoir une vision claire de la manière d'améliorer la situation avant d'avoir analysé clairement et objectivement la raison de l'échec.

Using a Skype chair

Découvrez les coulisses de la culture d'innovation d'Impact Hub

L'astuce est de penser comme un scientifique et de traiter chaque itération de votre idée comme une chance de tester une hypothèse. Si elle s'avère exacte, c'est parfait. Si elle s'avère fausse, c'est bien aussi : vous avez ainsi trouvé de précieuses informations qui vous aideront à faire mieux la prochaine fois. En changeant d'optique et en dépassant la dualité succès/échec, on est toujours gagnant, quel que soit le résultat.

Make the space work harder Mettre au banc d'essai de nouvelles façons d'utiliser l'espace disponible permet de trouver des solutions de design intelligentes.

Et cela facilite grandement la tâche pour parler de ses échecs en public. Il n'y a pas de honte à avouer que quelque chose a mal tourné si on le présente comme une étape sur la route du succès. Mais au fait, pourquoi devrait-on parler de ses échecs ? En deux mots, pour trouver le soutien et les conseils dont on peut avoir besoin pour remonter la pente.

Where ideas have sex

Pourquoi vos concurrents sont en fait vos collaborateurs

Pour Impact Hub Berlin, partager son bilan avec sa communauté a été le tournant décisif. « Nous avons eu un retour extrêmement positif, raconte Nele. Les gens apprécient vraiment que vous leur parliez de vos échecs, des leçons que vous en avez tirées et de vos idées pour vous améliorer. » Le fait de montrer qu'elle comprenait ses erreurs et avait un plan pour y remédier a incité un membre de la communauté à offrir un espace à la plate-forme, résolvant ainsi en un clin d'œil le gros problème qui menaçait la survie du projet.

A growing community Au fur et à mesure que la communauté a grandi, l'espace a évolué pour répondre à leurs besoins.

Avec un endroit où tester ses idées, Impact Hub Berlin a attiré rapidement des membres et les investissements nécessaires à son développement. Et c'est là l'ultime leçon que l'on peut tirer de cette histoire : continuez à tester, à échouer et apprendre, même si vous pensez que vous avez déjà atteint la réussite. JK Rowling explique bien ce concept lorsqu'elle décrit l'échec comme « se débarrasser du superflu ». C'est la meilleure façon de continuer à perfectionner votre entreprise.

Alors, la prochaine fois que quelque chose tourne mal, ne renoncez pas. Acceptez la responsabilité de vos erreurs, analysez ce qui s'est passé et parlez-en. Préparez-vous à rebondir, toujours plus haut à chaque fois.

« Les gens apprécient vraiment quand vous parlez de vos échecs et des leçons que vous en avez tirées. » Nele Kapretz PDG d'Impact Hub Berlin

Quelle est la plus grande leçon que vos échecs vous ont appris ? Faites-nous en part dans vos commentaires ci-dessous.