L'humain au cœur du nouveau "digital workplace"

6 Juin 2017

3 min de lecture

La technologie a changé les usages. Et ces nouveaux usages transforment les bureaux. Pour accompagner les nouvelles habitudes de leurs collaborateurs, les entreprises repensent l’organisation de leurs espaces de travail. Bienvenue dans le nouveau « digital workplace ».

L'humain au cœur du nouveau

C’est une nouvelle définition du travail ; une réflexion complète sur la relation de l’individu à son environnement professionnel. Alors que les questions techniques autour de la mobilité ont monopolisé l’attention ces dernières années, c’est l’organisation du travail qui agite dorénavant les entreprises. « Aujourd’hui, on travaille à distance, en mode projet ou en flex office », observe Didier Krainc, directeur général d’IDC France. D’ici 10 ans, 5 milliards d’humains vivront dans les villes, créant une pression immobilière énorme sur les entreprises. D’ici 3 ans, plus de la moitié des professionnels sera issue de la génération Z. Dès à présent, le bureau doit donc se réinventer. L’ère du « digital workplace » est arrivée.

Du collaborateur à l’intra preneur

De la capacité d’une organisation à bâtir un environnement de travail moderne et correspondant aux attentes de ses collaborateurs va dépendre sa faculté à attirer et retenir les meilleurs talents. La dimension humaine doit donc être replacée au centre des réflexions. « La priorité est d’observer la réalité de l’activité et l’usage des outils », explique Caroline Bringand, ergonome spécialiste en facteur humain. Aujourd’hui, les terminaux mobiles permettent de rester connecté n’importe où et l’accès à l’information professionnelle ne se fait plus qu’à 65 % depuis le lieu de travail. Les bureaux doivent remplir d’autres missions que le simple accès à un ordinateur. « Les gens viennent au bureau pour voir d’autres personnes et travailler sur des projets », souligne Anne-Catherine Poirson, Directrice EMEA Business Personal Systems chez HP. Le « digital workplace » est donc avant tout un espace de collaboration.

homme et femme qui discutent avec portable HP

Contrairement au traditionnel open space qui voit s’aligner des rangées uniformes de bureaux individuels auxquelles viennent s’accoler une ou deux salles de réunions, les nouvelles générations d’espaces de travail associent différents aménagements : bureaux partagés pour les tâches individuelles, multiples espaces collaboratifs pour travailler en équipe, salles de réunion et de téléconférence pour les rencontres plus formelles, zones de détente pour échanger librement avec ses collègues et amis... « L’objectif est de donner la possibilité d’aller travailler avec les uns et les autres selon les projets », résume Ines Boussemart, responsable Digital Working à la Société Générale. La banque a récemment inauguré « Les Dunes », un nouvel ensemble pensé pour fournir à 5 000 employés un maximum d’agilité et favoriser l’intrapreneuriat. « Chaque professionnel qui a une idée doit pouvoir la développer et la co-construire avec ses collaborateurs », poursuit Ines Boussemart. Reste que pour être pleinement opérationnels, ces nouveaux aménagements doivent incorporer une indispensable couche numérique.

La bonne techno pour le bon usage

Proposer des espaces collaboratifs est une bonne chose, mais qui perd largement de son intérêt si l’on passe systématiquement 10 minutes à faire fonctionner les écrans, systèmes de visioconférence et autres matériels de collaboration. Tout comme un bureau partagé n’a pas beaucoup de sens si l’on pose dessus un PC fixe, avec un format tour lourd et encombrant. La technologie se doit donc d’être aussi agile et ergonomique que les bureaux dans lesquels on la déploie. « Le maître mot est la variété, affirme Caroline Bringand. Il faut diversifier les solutions, offrir différentes expériences et des systèmes variés selon les besoins. »

réunion homme et femme

C’est cette démarche que propose un acteur comme HP, notamment avec les produits de sa gamme Elite. En environnement flex office par exemple, l’écran HP EliteDisplay va permettre à n’importe quel collaborateur de choisir un bureau libre et d’y connecter son laptop via une station d’accueil pour travailler avec le confort d’un grand affichage et des fonctions avancées de collaboration. Autre scénario, avec le HP Elite X3, le professionnel bénéficie d’un smartphone, d’un ordinateur portable et d’un poste de bureau en un seul appareil.

      

Dernier exemple, le convertible HP EliteBook x360 s’adapte à toutes les situations que peuvent rencontrer les utilisateurs, que ce soit dans l’entreprise ou à l’extérieur. « En mobilité, les commerciaux terrain ne suivent pas un processus figé face à leur client », note Caroline Bringand. D’où la nécessité de proposer des outils suffisamment flexibles pour répondre à une multitude de cas.

Qu’il s’agisse d’organisation ou de technologie, la mise en place du « digital workplace » passe donc par l’observation des usages. « Des stations de travail existent pour offrir de la variété et des solutions collaboratives permettent d’expérimenter et de partager, insiste l’ergonome. Mais aucune démarche innovante ne marchera si elle n’a pas été pensée et testée avec l’utilisateur ».