Comment la technologie a-t-elle modifié la façon de travailler durant la dernière décennie ?

2 Mars 2017

4 min de lecture

Nous sommes plus productifs et efficaces que jamais, mais comment notre travail actuel a-t-il évolué sur les dix dernières années ?

Comment la technologie a-t-elle modifié la façon de travailler durant la dernière décennie ? (Desktop)

En 2006, le premier iPhone a été lancé et il a transformé le marché des smartphones grand public. Depuis lors, l'innovation technologique a progressé de manière exponentielle, nous rendant ultra exigeants sur la qualité et la puissance de nos appareils.

Il est devenu normal d'avoir dans nos poches des micro-ordinateurs plus puissants que les ordinateurs de bureaux disponibles une décennie plus tôt. Nous avons appris à compter sur la mobilité et la liberté d'accès à l'information comme faisant partie de nos vies personnelles et professionnelles et à les considérer comme allant de soi.

Il ne s'agit pas uniquement de la puissance que nous emportons partout, mais de son intégration dans toute notre existence. L'Internet des Objets s'est développé de façon subtile et a absorbé un nombre toujours plus important de services et d'appareils au sein d'un Web en expansion permanente. La connectivité relative à l'utilisation d'appareils intelligents pour gérer des appareils basiques et prendre le contrôle de services chez soi ou au bureau, où que nous soyons, est désormais considérée comme la norme.

Et cette situation a créé des répercussions sur notre façon de travailler. Tout est plus rapide, plus connecté et donc efficace. Vous voulez consulter vos mails alors que vous vous promenez à la montagne ? Pas de problème. Votre train de banlieue a du retard ? Aucun souci, votre domicile sera réchauffé quand vous arriverez, grâce à l'activation du chauffage à distance.

Cette émergence de systèmes s'est accompagnée d'une nouvelle manière de gérer et de comprendre non seulement la façon dont nous travaillons, mais également comment il nous est possible de le faire. Une économie basée sur le service se traduit par le fait que la présence de copies de logiciels ou d'équipes entières dans les bureaux n'est plus indispensable à son fonctionnement.

En fait, grâce aux économies d'échelle, il est plus rentable d'accéder à des compétences essentielles basées à l'extérieur, ou de se connecter au cloud et de récupérer des applications quand et où on en a besoin, « on » pouvant être n'importe qui, n'importe où.

Travailler avec des partenaires commerciaux capables de proposer des services de conseil pouvant aider votre entreprise à se développer, ainsi que le logiciel et le matériel nécessaire pour le faire fonctionner, est devenu une pratique courante. De la gestion des imprimantes au « Device as a Service - DaaS - » HP, l'externalisation est devenue un choix logique.

L'externalisation implique aussi de plus en plus le recours à des travailleurs à distance ou freelance. Des appareils plus petits, plus légers et mieux connectés signifient qu'il est de plus en plus facile de travailler à distance tout en restant membre à part entière des effectifs. Lorsque votre téléphone est aussi puissant que votre ordinateur portable d'il y a dix ans et que celui-ci est aussi léger que votre téléphone de la même époque, on voit combien notre technologie a progressé.

Cette évolution a toutefois également fait de la sécurité des données un problème plus important. L'hyper-connectivité et une explosion des appareils personnels utilisés pour le travail ont complètement modifié le fonctionnement du travail, comparativement à la dernière décennie.

Dépendre du cloud et avoir besoin d'identifiants pour de nombreux nouveaux services augmente les risques de cyberattaques : 90 % des entreprises croient que les employés sédentaires sont plus exposés aux risques de sécurité que leurs collègues travaillant exclusivement à distance. Pourtant, 91 % des employés déclarent accéder à des contenus sensibles à distance, et seulement 58 % utilisent des connexions « privées et sécurisées. »

Par ailleurs, ces cyberattaques ont un impact financier : 100 entreprises françaises interrogées pour le compte du cabinet de sécurité informatique NTT Com Security estiment qu’il leur faudrait neuf semaines et près de 773 000 € pour se remettre d’une cyberattaque.

La technologie nécessaire à la prise en charge du travail à distance permet également des communications quasi instantanées. Puisque nous pouvons envoyer des emails, pourquoi nous en priver ? En 2016, nous en avons envoyé 205 milliards. Nous recevons aujourd'hui 13 emails de plus par jour par rapport à 2011 (121) et en 2018, nous en recevrons au moins 140 chaque jour.

Des canaux de communication constamment ouverts peuvent entraîner une surcharge d'informations.

Selon l'Orse (Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises), 56% des utilisateurs consacrent plus de deux heures par jour à la gestion de leur boîte mail et 38% reçoivent plus de 100 messages par jour. 65% déclarent vérifier leur messagerie toutes les heures mais le font en réalité bien plus souvent, parfois toutes les cinq minutes

C'est ici que l'amélioration des processus de l'entreprise intervient. Non que le déluge d'informations soit une mauvaise chose, mais il est impossible de travailler avec un contenu mal organisé ou préparé.

Notre façon de travailler a été façonnée par la technologie à laquelle nous avons accès et les processus qui y sont liés. Au cours des dix dernières années, la culture du travail a évolué de manière si conséquente qu'il est presque impossible de prévoir où et comment nous travaillerons au cours de la prochaine décennie.